La fiscalité de la LOI PINEL


LOI PINEL

La loi Pinel remplace la loi Duflot à compter du 1er septembre 2014 et complète l'ancien dispositif avec une série de nouvelles mesures pour encourager l'investissement locatif.

Les avantages de la LOI PINEL


  • Bénéficiez d'une réduction d'impôt, calculée sur le prix de revient plafonné à 300 000 € (maximum de deux logements par an). La réduction est accordée en fonction de la durée votre engagement :
    • - 12 % sur 6 ans
    • - 18 % sur 9 ans
    • - 21 % sur 12 ans

Soit une réduction d'impôt totale maximum de 63 000 € (6 000 € par an pendant 9 ans puis, 3 000 € pendant 3 ans).

  • Vous pouvez louer votre bien à n'importe quel membre de votre famille.
  • La mixité d'occupation Accédant / Investisseur (maximum 80 % des logements en investissement pour un immeuble de plus de cinq logements) favorise la qualité d'entretien de votre investissement.
  • Ce dispositif est cumulable avec la loi Pinel Outre-mer dans la limite de 300 000 € par an couvrant 1 à 2 investissements, et avec les autres dispositifs fiscaux sans restriction.

Les obligations de la LOI PINEL


Pour bénéficier de cet avantage fiscal, il suffit d'investir dans un bien immobilier neuf :

  • dans des zones géographiques caractérisées par un déséquilibre entre l'offre et la demande de logements (Zones A bis, A, B1 - B2 sous agrément).
  • éligible à un niveau de performance énergétique BBC 2005 (PC antérieur au 1er Janvier 2013) ou RT 2012 (PC postérieur au 1er Janvier 2013).
  • en respectant des plafonds de loyers, de ressources des locataires et de prix au m² de surface habitable (5 500 €/m² maximum).
  • en le confiant à la location en tant que résidence principale du locataire pendant 6, 9 ou 12 ans et qu'il soit loué dans les 12 mois qui suivent l'achèvement des travaux ou l'acquisition du logement si elle est postérieure.

Les plafonds de loyer Pinel par zone

Investir en loi Pinel n'est réalisable que dans les communes de la zone Pinel A Bis, zone Pinel A, zone Pinel B1 et zone Pinel B2.



Pinel Zone A Bis :

Villes où la demande locative est la plus forte : Paris, première et deuxième couronne de Paris.

Pinel Zone A :

Ville de la troisième couronne parisienne, Côte d'Azur, Genevois Français.

Pinel Zone B1 :

Villes de plus de 250 000 habitants et leur agglomération : grande couronne parisienne, DOM, Corse et île.

Pinel Zone B2 :

Villes de plus de 50 000 habitants et leur agglomération

Pinel Zone C :

Reste du territoire

Les plafonds de loyer (prix en €/m2)

Plafond en €/m²
Pinel Zone A Bis16,72
Pinel Zone A12,42
Pinel Zone B110,00
Pinel Zone B28,69


En l'absence de plafond de loyer modulé par arrêté du préfet de région, le plafond qui s'applique pour les baux conclus en 2014 s'élève à 16,72 €/m² pour les communes de zone A bis, 12,42 €/m² en zone A, 10,00 €/m² en zone B1 et 8,69 €/m² en zone B2.

A ces plafonds s'applique un coefficient de structure, en fonction de la surface du logement. Un coefficient multiplicateur, en fonction de la surface du logement, s'applique aux plafonds de loyer (plafonds fixés par zone ou plafonds modulés). Ce coefficient est égal à 0,7 + 19/S, où S est la surface du logement, sans pouvoir être supérieur à 1,2.



Les plafonds de revenus des locataires dans la loi Pinel


COMPOSITION DU FOYER LOCATAIRE
LIEU DE SITUATION DU LOGEMENT
Zone A bis (en euros) Reste de la zone A (en euros) Zone B1 (en euros) Zone B1 (en euros)
Personne seule 36 502 36 502 29 751 26 776
Couple 54 554 54 554 39 731 35 757
Personne seule ou couple ayant une personne à charge 71 515 65 579 47 780 43 002
Personne seule ou couple ayant deux personnes à charge 85 384 78 550 57 681 51 913
Personne seule ou couple ayant trois personnes à charge 101 589 92 989 67 854 61 069
Personne seule ou couple ayant quatre personnes à charge 114 315 104 642 76 472 68 824
Majoration par personne à charge supplémentaire à partir de la cinquième + 12 736 + 11 659 + 8 531 + 7 677

LIBÉRER LE FONCIER PRIVÉ

Objectif

Pour relancer la construction, il est indispensable de libérer des terrains, en particulier dans les zones où l'offre de logements est insuffisante. Cela permettra aussi de faire baisser le coût du foncier qui pèse sur les prix de l'immobilier en France.

Mesures

Aligner de façon pérenne la fiscalité applicable aux plus-values sur les terrains à bâtir sur celle des immeubles bâtis, soit une exonération totale au bout de 22 ans de détention, à compter du 1er septembre 2014.

Accorder un abattement exceptionnel de 30 % de l'impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux sur les plus-values réalisées en cas de cession de terrains à bâtir pour toute promesse de vente conclue avant le 31 décembre 2015.

Créer un abattement exceptionnel de 100 000 euros pour les donations de terrains réalisées jusqu'à fin 2015, à la condition qu'ils soient ultérieurement construits.


AUGMENTER L'OFFRE DE LOGEMENTS NEUFS INTERMÉDIAIRES ET SOCIAUX

Objectif

Développer le parc de logements à loyer intermédiaire et social.

Mesures

Refonder le dispositif fiscal d'investissement locatif

Donner le choix aux investisseurs de s'engager à louer pour six, neuf ou douze ans (au lieu de neuf ans uniquement aujourd'hui) en contrepartie d'avantages fiscaux proportionnels, à compter du 1er septembre 2014.

Permettre de louer à un ascendant ou à un descendant sous certaines conditions.

Construire plus de logements à loyer intermédiaire

Construire 30 000 logements intermédiaires en zones tendues dans les cinq prochaines années par une intervention exceptionnelle de l'Etat et du groupe Caisse des dépôts.

Construire plus de logements sociaux

Appliquer dès le 1er janvier 2015 les pénalités renforcées prévues par la loi SRU pour les villes qui ne remplissent pas leurs obligations de construction de logements sociaux.

Mettre en oeuvre au 1er janvier 2015 la possibilité pour les Préfets de délivrer des permis de construire dans les communes ne remplissant pas leurs obligations de construction de logements sociaux.

3. FAVORISER L'ACQUISITION DE LOGEMENTS NEUFS

Objectif

Renforcer le soutien des ménages primo-accédants.

Mesures

Allonger la période pendant laquelle le remboursement du prêt à taux zéro (PTZ) est différé.

Appliquer le taux de TVA à 5,5 % pour l'accession à la propriété d'un logement neuf pour les ménages modestes dans les nouveaux quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Créer un abattement exceptionnel de 100 000 euros pour les donations aux enfants et petits-enfants réalisées jusqu'à fin 2016 de nouveaux logements neufs.

AMÉLIORER L'HABITAT

Objectifs

Aider les ménages à réaliser les travaux de rénovation énergétique de leur logement pour alléger leurs charges. Maintenir et créer plusieurs milliers d'emplois supplémentaires sur l'ensemble des territoires.


Mesures

Simplifier et augmenter le crédit d'impôt développement durable : son taux sera porté à 30 % pour les travaux de rénovation énergétique engagés à partir du 1er septembre 2014.

Assurer le financement des 50 000 projets de travaux de rénovation énergétique de propriétaires modestes, aidés par l'Agence nationale de l'habitat (ANAH) en 2014.

POURSUIVRE LA SIMPLIFICATION DES NORMES DE CONSTRUCTION

Objectifs

Baisser les coûts et accélérer les délais de construction.

Mesures

Mettre en place les 50 premières mesures de simplification annoncées le 25 juin avant le 31 décembre 2014.

Lancer de nouvelles mesures d'ici la fin de l'année 2014 à partir des propositions des professionnels déposées sur la plateforme Internet du ministère du Logement (www.territoires.gouv.fr/simplifier-la-construction ).

Raccourcir les délais d'obtention des permis de construire : une mission est confiée au Préfet Jean-Pierre DUPORT qui rendra ses premières conclusions d'ici trois mois.

Prolonger les délais de validité des permis de construire de deux à trois ans, dès cet automne.

SIMPLIFIER ET RECENTRER

LES DISPOSITIONS DE LA LOI ALUR

Objectifs

Rétablir la confiance des investisseurs et combattre l'attentisme.

Mesures

Limiter la mise en oeuvre de l'encadrement des loyers de la loi Alur à titre expérimental à la Ville de Paris.

Simplifier certaines dispositions de la loi Alur, notamment les formalités en cas d'acquisition d'un bien.

Recentrer la Garantie universelle les loyers (GUL), vers les jeunes salariés et les personnes en situation précaire.

ANNEXE

POINT D'AVANCEMENT DES ACTIONS ANNONCÉES LE 25 JUIN 2014

PRIORITÉ 1 : FAVORISER L'ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ

Ajuster les dispositifs de financement de l'accession

Enjeux :

L'accession à la propriété est l'une des clés du succès de la relance de la construction. L'objectif est d'adapter les dispositifs de financement de l'accession pour renforcer leur efficacité et d'en faire bénéficier davantage de ménages primo-accédants.

Renforcer le prêt à taux zéro (PTZ) sur les zones où son effet de levier est le plus grand pour les classes moyennes et modestes. Entrée en vigueur le 1er octobre 2014
Ouvrir le prêt à taux zéro à l'achat de logements anciens à réhabiliter sur des territoires en milieu rural pour favoriser la revitalisation des centres bourgs. Janvier 2015
Sécuriser l'accession sociale à la propriété des classes moyennes et modestes en harmonisant les barèmes du prêt à taux zéro et du prêt d'accession sociale. Entrée en vigueur le 1er octobre 2014

PRIORITÉ 2

SIMPLIFIER LES RÈGLES DE CONSTRUCTION ET DÉVELOPPER L'INNOVATION

Simplifier la réglementation de la construction pour abaisser les coûts

Enjeux :

Il ne s'agit pas de diminuer les exigences de qualité, mais de mieux articuler les différentes réglementations existantes autour d'un projet de construction, de fixer des exigences de résultats et non de moyens, de mutualiser les procédures lorsque c'est possible, de réduire les risques de contentieux.

50 premières mesures de simplification de la réglementation.

-Certaines mesures sont d'ores et déjà applicables (ascenseurs, transport de fonds, accessibilité des logements à occupation temporaire)

-Pour l'essentiel des mesures, les textes ont été élaborés. Ils ont été transmis aux instances dont l'avis est nécessaire et seront publiés dans les mois à venir : réglementation sismique, réglementation thermique, matériaux biosourcés en façade des bâtiments, équipements de recharge des véhicules électriques, local à vélo, termites'

-Certains textes requièrent un processus de travail particulier pour leur élaboration : norme électrique dont la modification est pilotée par les professionnels, mesures relatives à l'outremer , etc.

Mise en oeuvre d'ici fin 2014

Ouverture d'un espace dédié sur le site Internet du >ministère du Logement, de l'Egalité des territoires et de la Ruralité.Réalisé (juillet 2014)
Création du Conseil supérieur de la construction. (texte élaboré et soumis aux
instances consultatives)
Septembre 2014

Simplifier la réglementation en matière d'urbanisme pour accélérer les procédures d'aménagement


Enjeux :

Accélérer les procédures en matière d'urbanisme et d'aménagement dans leur ensemble. La première étape a été franchie en 2013 avec les ordonnances prises pour accélérer les projets de construction, et qui sont en vigueur. L'article 7 du projet de loi habilitant le Gouvernement à simplifier la vie des entreprises, voté en juillet 2014 en 1ère lecture à l'Assemblée nationale, va plus loin en proposant quatre nouvelles mesures d'accélération des procédures ou de facilitation de projets de construction.


Remplacer, pour certains permis de construire et d'aménager, l'enquête publique par des modalités de mise à disposition du public plus simples et rapides. Le projet de loi habilitant le Gouvernement à simplifier la vie des entreprises sera examiné au Parlement à l'automne 2014.
Elargir le champ d'application territorial des dérogations de l'ordonnance du 3 octobre 2013 et introduire de nouvelles dérogations notamment pour les règles de retrait par rapport aux limites séparatives.
Réduire les obligations de création de parking dans les zones tendues et bien desservies par les transports. Se limiter de manière générale à 0,8 aire de stationnement maximum par logement ou équivalent logement en locatif social ou résidence spécifique (personnes âgées et étudiants) ; et en secteur bien desservi par les transports en commun, se limiter à 0,5 aire de stationnement maximum par logement ou équivalent logement en locatif social ou résidence spécifique et à 1 aire de stationnement maximum par logement pour les autres types de logement.
Favoriser le développement de projets de construction de logements au sein des zones d'activité en entrée de ville ou dans les zones à dominante commerciale, desservies par des transports publics réguliers, en créant un bonus de constructibilité pouvant aller jusqu'à 50%.

Le projet de loi habilitant le Gouvernement à simplifier la vie des entreprises sera examiné au Parlement à l'automne 2014.

Développer l'innovation

Enjeux :

Pour construire et rénover plus, mieux et à coûts maîtrisés, l'innovation dans le bâtiment doit dès aujourd'hui être une priorité. C'est une condition indispensable pour atteindre les besoins nationaux de logements construits et rénovés, mais également pour garantir la compétitivité de nos entreprises, à l'échelle européenne et mondiale.

Lancement de l'appel à manifestation d'intérêt « méthodes industrielles pour la rénovation et la construction de bâtiments » par l'Ademe pour développer des procédés constructifs innovants. Réalisé (juillet 2014)
Mise en place d'un affichage environnemental des bâtiments. 1er trimestre 2015 (concertation des acteurs en cours depuis juin 2014)
Déploiement de plates-formes de l'innovation pour le bâtiment sur l'ensemble du territoire. Calendrier échelonné selon les territoires d'ici fin 2015
Nomination d'un ambassadeur du numérique dans le bâtiment. Réalisé (juin 2014)

PRIORITÉ 3 : SOUTENIR LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS SOCIAUX ET CRÉER UNE NOUVELLE OFFRE DE LOGEMENTS INTERMÉDIAIRES EN ZONES TRÈS TENDUES

Accroître le nombre de logements locatifs sociaux


Enjeux :

En 2013, 117 000 logements sociaux ont été financés, soit une augmentation de 14% par rapport à 2012. 72% de ces logements ont été dédiés aux ménages dont les ressources sont les plus faibles, sous forme de logements PLAI et PLUS.

Cet effort doit être amplifié pour faire face à l'urgence sociale des demandeurs (1,7 millions de nos concitoyens sont en attente d'un logement social, dont près de 500 000 dans la seule région Ile-de-France). A cet effet, l'ensemble des acteurs du logement, et tout particulièrement les collectivités locales, doivent être pleinement mobilisés.

Mobilisation de l'Etat et du mouvement HLM pour soutenir les projets retardés, notamment du fait de l'appropriation progressive des projets par les exécutifs locaux nouvellement élus. Recensement en cours des opérations bloquées sur le territoire (pour le 15 septembre 2014)
Vérification par l'Etat que les communes n'ayant pas atteint le seuil de la loi SRU en matière de logements sociaux ont fourni suffisamment d'efforts de rattrapage au cours des trois dernières années. Dans le cas contraire, pour les communes insuffisamment volontaires, prise des arrêtés de carence et majoration des prélèvements SRU (jusqu'au quintuplement). Bilan de la procédure triennale et de carence disponible fin octobre 2014
Appel à projets pour créer des logements accessibles aux personnes les plus fragiles « prêt locatif aidé d'intégration (PLAI) adapté » (programme de logements très sociaux à bas niveau de quittance) financé par la majoration des prélèvements SRU versés par les communes carencées en logements sociaux. Appel à projets en cours. Résultats fin octobre 2014, pour un objectif de 2000 logements financés sur 2014
Appel à projets pour la production de logements accompagnés à destination des ménages les plus modestes. Premiers projets sélectionnés en juillet 2014. La 2e session sera lancée en octobre 2014
Accord national d'engagement sur la qualité de service dans le logement social entre l'USH et l'Etat. Signature en septembre 2014

Favoriser l'émergence d'une nouvelle offre de logements

Enjeux :

Pour répondre aux besoins des Français, le Gouvernement souhaite développer une offre de logements dits « intermédiaires » en zones très tendues, lorsque les loyers du parc social et ceux du parc privé sont tellement éloignés qu'il est difficile pour les ménages des classes moyennes d'accéder à un logement.

Mise en place effective d'un cadre juridique pour le logement intermédiaire (ratification de l'ordonnance).1er semestre 2015
Définition des plafonds de ressources, de loyer et de prix, en locatif et en accession, du logement intermédiaire. Automne 2014
Amélioration du dispositif d'investissement locatif.1er septembre 2014
Révision du zonage « A / B / C » afin de favoriser l'investissement locatif et la construction de logements en zones tendues. Entrée en vigueur le 1er octobre 2014
Renforcement des moyens d'action : l'Etat et la Caisse des dépôts, via la société nationale immobilière (SNI), prendront une part dans cet effort de construction en faveur du logement intermédiaire. Avant fin 2014
Mobilisation des acteurs.Première réunion en septembre 2014

PRIORITÉ 4 : RENFORCER LA MOBILISATION DU FONCIER

Accélérer la mise à disposition des terrains

Enjeux :

La contribution du foncier public à l'offre globale de logements est d'autant plus stratégique qu'il s'agit généralement d'un foncier situé au coeur des agglomérations. Or la construction de logements locatifs sociaux bien implantés est un élément indispensable pour favoriser la mixité sociale et l'égalité territoriale.

Identification de cinq projets prioritaires de construction dans chaque région. Septembre 2014
Installation de la Commission nationale de l'aménagement, de l'urbanisme et du foncier. Réalisé (juillet 2014)
Renforcement de l'intervention des établissements publics fonciers (EPF) par la publication des décrets statutaires des EPF. Avant fin 2014

LA MOBILISATION DES ACTEURS LOCAUX, CLÉ DE LA RÉUSSITE

L'action de l'Etat en faveur de la construction visera en priorité à animer et mobiliser les acteurs au niveau local.

La mobilisation est la clé : préfets et services de l'Etat dans les territoires, établissements publics fonciers et établissements publics d'aménagement, collectivités locales, promoteurs immobiliers et bailleurs sociaux, professionnels du bâtiment.

Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l'Egalité des territoires et de la Ruralité effectuera un tour de France de la construction dès octobre 2014 afin de mobiliser l'ensemble des forces vives. Dans chaque région, elle réunira les acteurs pour contribuer à l'effort global en faveur de la construction de logements.

Nous n'avons pas sélectionné d'offres sur cette fiscalité en ce moment.